Vous êtes ici

Tunisie: Quelles sont les administrations publiques les plus insatisfaisantes?

Tunisie: Quelles sont les administrations publiques les plus insatisfaisantes?

par Maher Mhidi / mar 23, 2016 / 0 commentaires
Catégories: 

Le Centre des Jeunes Dirigeants d'Entreprises de Tunisie (CJD) et la Konrad Adenauer Stiftung ont organisé mercredi 23 mars 2016, un petit déjeuner-débat à l'hôtel Paris Berges du Lac sous le thème "Le classement des administrations tunisiennes: Quelles perception des dirigeants d'entreprise?".

Cette manifestation a d'abord commencé par la présentation des résultats d'une enquête réalisée par Sigma Conseil du 8 au 9 mars 2016 auprès de 500 petites et moyennes entreprises (PME) tunisiennes, employant entre 10 et 200 salariés, sur leur degré de satisfaction par rapport à la qualité des services fournis par les administrations publiques. Un débat a par la suite été ouvert aux critiques et propositions de réformes de ces administrations, entre les jeunes dirigeants d'entreprises venus assister à cet événement.

Présentée par Hssan Zargouni, l'étude réalisée par Sigma Conseil pour classer les administrations tunisiennes s'est basée sur les 3 variables suivantes:

  • L'importance des administrations publiques pour les PME
  • L'intensité de la relation de ces administrations avec les PME
  • La satisfaction des PME à l'égard des administrations publiques

 

Les 3 administrations les plus satisfaisantes sont les suivantes:

  • Le registre du commerce occupe la première place du classement avec un taux de 41%
  • Les centres d'affaires: Centre National de Formation Continue et Promotion Professionnelle et le Centre de Promotion des Exportations de la Tunisie, en second lieu avec un taux de 35%
  • La Banque Centrale de Tunisie en 3ème place avec un taux de 34%

Les 3 administrations les plus insatisfaisantes sont:

  1. La STEG, les institutions judiciaires et les municipalités: 18%
  2. La Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME): 17%
  3. L'administration douanière avec un taux de 15%

Le directeur de l'Institut de Leadership administratif Adel Gouider s'est ensuite exprimé sur le rôle de cet institut dans la formation des employés du secteur public en indiquant que 225 cadres et 75 directeur y ont été formés.

Quant à la réforme des administrations publiques, Olfa Souli, conseillère auprès du ministère de la fonction publique, a mis le point sur l'importance de la participation du secteur privé à l'évaluation et à la prise des décisions concernant cette réforme.  

Dans la même catégorie