Vous êtes ici

Retour sur le 10eme Congrès du CJD

Retour sur le 10eme Congrès du CJD

par Yasmine Chaouch / déc 16, 2015 / 0 commentaires
Catégories: 

Le 10ème Congrès National de la Chambre des Jeunes Dirigeants d'Entreprise (CJD) s'est tenu le matin du 11 décembre 2015 à l'hôtel Regency Gammarth sous le thème: "Défis Économiques: Et si la Tunisie avait l'audace de ses réformes!". Le congrès a débuté par une séance d'ouverture où Khaled Zribi, Président sortant du CJD Tunisie, qui a présenté la chambre, ses activités et ses différents programmes (il a parlé de Wajjahni et Enactus à titre d'exemples). Ensuite Kais Sellami, membre du bureau executif de l'UTICA s'est exprimé sur la transition politique en Tunisie, et de la nécessité de faire réussir la transition économique à son tour. La séance d'ouverture s'est terminée avec Hardy Ostry, le représentant permanent de la Konrad-Adenauer-Stiftung qui a décrit le CJD comme colonne vertébrale de la jeune Tunisie en pleine modernisation.

Pedro Lourtie, ambassadeur du Portugal en Tunisie, a parlé de l'expérience portugaise dans la promotion de l'emploi et l'importance des secteurs qui peuvent relever l'économie comme le tourisme et les TIC. Il s'est aussi exprimé sur la réforme des loyers qui ne facilitait pas les investissements immobiliers et la correction des désequilibres microfinanciers de l'État et que la Tunisie a besoin d'un fort département budgétaire pour sortir de la crise.

Un panel et un débat ont ensuite suivi avec Wassim Belarbi comme modérateur.

Les intervenants du panel étaient:

- Hafedh Ateb, expert auprès de l'Institut Tunisien des Études Stratégiques, a défini la question de l'emploi en Tunisie au coeur de la problématique économique actuelle.

- Yassine Brahim, Ministre du développement et de la coopération internationale, a souligné qu'il y avait un laissé aller en Tunisie mais que le pays était capable d'avancer si l'Était assumait son rôle de régulateur. Il a aussi parlé de 2 points importants sur lesquels il faudra travailler pour relever l'économie:

Augmenter le niveau des subventions pour encourager l'export et les investissements privés Valoriser les fonds d'amorçage/Private equity pour encourager et accompagner les entrepreneurs - Slim Chaker, Ministre des finances, a parlé de la réforme de la loi de finances 2016 et a donné quelques grandes lignes:

Réinjection 125 Milliards de Dinars dans les caisses des entreprises Suppression les contrôles de douane pour la matière première Lancement d'un projet pilote pour automatiser la restitution de la TVA Il a défini ce dernier point comme une révolution dans la fiscalité Tunisienne.

- Zied Laadhari, Ministre de la formation professionnelle et de l'emploi, il a rappelé que la question de l'emploi est un problème transversal qui touche tout le monde, de la société civile, aux acteurs politiques en passant par les investisseurs privés. Il a également souligné le niveau inquiétant de frustration chez les jeunes Tunisiens concernant le monde du travail.

Dans la même catégorie