Vous êtes ici

le numérique au service de l'entrepreneuriat vert

le numérique au service de l'entrepreneuriat vert

par Ismail Mestassi / mar 22, 2017 / 0 commentaires
Catégories: 

L'Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation (APII), le district Grand Tunis, et le Centre d'Affaires Pilote Grand Tunis organisent sous l'égide du Ministère de l'Industrie et du Commerce, aujourd'hui 22 mars,  au local de l'IACE aux Berges du Lac I,  la Journée Régionale pour le développement des secteurs porteurs, sous le thème "le numérique au service de l'entrepreneuriat vert: Enjeux et Perspectives". 
 
Le numérique n'est pas un secteur. Il représente compte tenu de son évolution ces dernières années un levier, un modèle. La santé, l'éducation, le commerce ainsi que tous les secteurs économiques ne peuvent se moderniser et s'adapter aux exigences du 21e siècle que grâce à ce levier. Parmi ces secteurs, l'entrepreneuriat vert ne fait pas exception, bien au contraire. 
 
L'économie numérique et l'entrepreneuriat vert sont complémentaires. De son côté, l'économie numérique est considérée aujourd'hui comme une composante essentielle du modèle de développement  promu dans le cadre du Plan de développement stratégique. L'économie verte, de son côté, est vue comme le garant de la pérennité de l'humain et de la sauvegarde de son environnement. Ainsi, mettre l'un au service de l'autre paraît être plus qu'une évidence, une nécessité. 
 
De nombreux pays africains en ont fait l'expérience, et le moins que l'on puisse dire est que le succès était franc. À titre d'exemple, la téléphonie a donné lieu à plusieurs expérimentations en matière agricole, notamment pour l’amélioration de l’accès aux savoirs et savoir-faire, qui à grande échelle pourraient servir l’agriculture verte. Par exemple, l’ONG SAILD développe depuis 2004 le programme Allô Ingénieur dans tout le Cameroun qui permet aux agriculteurs de biper un ingénieur agronome qui les rappelle ensuite. Ce service a une incidence notamment sur le choix des productions agricoles et l’achat des équipements au démarrage d’un projet agricole. Les ingénieurs du programme sont également sollicités à propos de l’usage des intrants agricoles.
 
En résumé, si wajjahni a assisté à cette journée, c'est pour vous donner nos impressions. Ce que nous avons relevé que l'État tunisien misera sur ces deux composantes économiques : l'économie numérique et l'économie verte. Les dirigeants qui ont pris la parole se sont tous accordés à dire que l'économie numérique et l'économie verte, d'une part, représentent l'avenir de la Tunisie, et d'autre part, que la Tunisie manque de compétences dans ces domaines.  
 

Dans la même catégorie