Vous êtes ici

A la découverte de Azza Dsouli et sa marque de design packaging "Bakoo"

A la découverte de Azza Dsouli et sa marque de design packaging "Bakoo"

par Maher Mhidi / avril 13, 2016 / 0 commentaires
Catégories: 

Après avoir obtenu son  diplôme en design packaging à l'Ecole Supérieure des Sciences et Technologies du Design (ESSTED), Azza Dsouli est partie à Paris pour terminer ses études et parallèlement effectuer un stage au sein de deux boites de communication par l'objet.

De retour en Tunisie en 2014, elle a commencé à travailler avec son père dans son atelier spécialisé dans la fabrication des moules de découpe des emballages. Deux ans plus tard, à 28 ans, elle a décidé de lancer son propre projet, Bakoo. Interview. 

Wajjahni: Comment avez-vous eu l'idée de créer "Bakoo"?

Azza: Etant donné que j'ai suivi une formation dans ce domaine, j'ai décidé de commencer par travailler dans l'entreprise familiale tout en rajoutant quelques notes de conception personnelles. J'ai constaté que les clients venaient chez nous pour acheter le carton, ensuite ils se dirigeaient vers des agences de communication pour finaliser la conception graphique de la boîte. J'avais beaucoup de temps libre quand je travaillais avec mon père, du coup, je faisais des découpes et des collages. Petit à petit j'ai commencé à développer de nouveaux articles et plusieurs personnes m'ont encouragé à faire des expositions qui ont d'ailleurs eu beaucoup de succès.  C'est à partir de ce moment là que j'ai commencé à me détacher de l'entreprise familiale pour lancer ma propre affaire, "Bakoo" au début de l'année 2016.

Wajjahni: En quoi consiste le projet "Bakoo"?

Azza:  Je voulais travailler dans le packaging, je savais que c'était dur car on n'a pas de boîtes spécialisées dans le design packaging en Tunisie. On a des imprimeries et des boîtes de communication donc le client doit passer par ces deux intermédiaires afin d'avoir son produit.

Etant donné que les agences de communication coûtent généralement assez cher, les clients se retrouvent parfois dans l'obligation de passer directement par un imprimeur qui leur présente des modèles déjà prêts, avec une conception graphique assez simple et basique. J'ai donc eu l'idée de créer la marque "Bakoo", qui comprend une large gamme de produits tels que des emballages pour les boutiques ou particuliers, un packaging de gifts pour les sociétés, des calepins ou encore des invitations de cérémonies.

J'ai commencé avec de très petits moyens, d'ailleurs, je suis encore en phase de lancement et je compte avoir recours à un prêt afin de mieux développer ce projet.

Wajjahni: Comment vous communiquez autour de votre produit?

Azza: Vu que le concept est encore nouveau, je fais de la communication à travers les réseaux sociaux et via le bouche à oreille. Je compte également me lancer dans la vente en ligne, et je vise plusieurs profiles tels que les jeunes créateurs, les entreprises, les particuliers, etc.

Wajjahni: Vous travaillez seule ou en équipe?

Azza: Je suis le designer, après, pour l'exécution, je sous-traite chez l'entreprise familiale quand je peux, sinon j'ai deux collaboratrices qui m'aident à effectuer les travaux manuels. Je compte recruter davantage de personnel afin d'accroître la production et de travailler encore plus sur la visibilité de "Bakoo".

Pour le moment je n'ai pas un point de vente, puisque c'est une marque "événementielle",  qui dépend généralement des occasions telles que les fêtes de fin d'années, les mariages ou encore la fête des mères.

Wajjahni: Quelle est la fourchette de prix pour les produits Bakoo?

Azza: Les prix varient selon plusieurs facteurs tels que le coût de revient,  la taille du produit, si c'est un packaging personnalisé ou pas. Je veux d'abord vulgariser ce concept, donc je préfère garder des prix raisonnables accessibles à tout le monde. Il y aura sûrement des articles qui vont coûter un peu plus cher que d'autres mais cela dépendra des gammes.

Wajjahni: Quels sont les obstacles que vous avez rencontré pour vous lancer dans ce projet?

Azza: Actuellement, j'ai besoin de plus de fonds pour pouvoir avancer. Sinon, parfois je me retrouve à créer des boîtes qui demandent certains matériaux, un certain temps, une conception qui doit être originale, etc. Je fournis un grand effort pour satisfaire la demande mais l'inconvénient est que quand je fixe le prix, la marge bénéficiaire est souvent basse par rapport aux efforts investis dans la conception du produit. Je suis obligée de procéder ainsi car après tout, le client va se dire qu'au final il s'agit d'une boîte vide ou d'un simple emballage qui ne doit pas dépasser un certain prix. C'est d'ailleurs pour cela que je compte me diriger vers la vente en ligne de packagings préconçus. Les clients pourront ainsi concevoir leurs propres boîtes à travers une plateforme, et ensuite l'équipe de "Bakoo" se chargera de matérialiser le produit.

 

Wajjahni: "Bakoo" est encore un nouveau né, comment le voyez-vous dans les années à venir?

Azza: Quand je me projette dans le futur, je vois "Bakoo" comme étant une boîte de communication par l'objet, notamment le pack  composée de designers et d'une équipe de conception. C'est un projet qui sera développé en amont: la marque "Bakoo" et la boîte de communication.

Wajjahni: Comment comptez-vous faire face la concurrence sur le marché du packaging ?

Azza: Dans ce secteur il y a plusieurs concurrents, je dirais que c'est les imprimeurs en premier lieu, puis les boîtes de communication en seconde place. C'est vrai que je suis encore en phase de lancement, mais je fais face à cette concurrence par l'originalité de mes produits et je me retrouve souvent copiée. D'ailleurs j'en suis fière et cela m'aide à me réinventer.

Pour découvrir les créations de Bakoo, rendez-vous sur sa page Facebook

Crédit photos: Azza Dsouli

 

 

 

Dans la même catégorie