Vous êtes ici

Khaled Bouchoucha : De l'aéronautique à l'apiculture

Khaled Bouchoucha : De l'aéronautique à l'apiculture

par Yasmine Chaouch / août 24, 2015 / 0 commentaires
Catégories: 

Diplômé en génie électrique et en informatique industriel de l'École Supérieure des Ingénieurs de Monastir (ENIM) et ayant choisi l'aéronautique comme spécialité après sa graduation, Khaled Bouchoucha, 28 ans, a fait un virage a 180° et fait parler de lui depuis quelques temps dans le domaine de l'apiculture. En effet, ce jeune entrepreneur a décidé de tout quitter et de s'investir à plein temps dans son projet : IRIS Technologies.

Iris Technologies est une solution destinées aux apiculteurs, pour faire face aux difficultés qu'ils rencontrent. Khaled explique "En Tunisie il y a à peu près 16000 apiculteurs, dont seulement 10% produisent une bonne quantité de miel. Tous les autres manquent de moyens, de temps, de savoir ou d'encadrement pour bien prendre soin de leurs ruches." En quoi cela consiste exactement ? Ça sera tout simplement des cartes électroniques installées dans chaque ruche pour surveiller la température, l'humidité et les conditions de vie des abeilles et suivre la production de miel. "J'ai eu cette idée en voyant mon père se plaindre que ses abeilles mourraient à cause de la chaleur. Une abeille passe une grande partie de son temps à aérer la ruche pour avoir les meilleurs conditions de travail possibles. Si je lui faisais gagner du temps en lui offrant les conditions optimales pour produire, la quantité de miel sera multipliée et la qualité sera vraiment remarquable car une abeille heureuse est une abeille productive." 

Selon l'Institut National de Statistiques la Tunisie produit en moyenne 8kg de miel par ruche et par an contre 35kg en France et 50kg en Espagne, des chiffres qui ne plaisent pas au jeune entrepreneur qui compte réunir plusieurs apiculteurs sous une même enseigne et exporter le miel à l'étranger. "Iris Technologies va offrir à ces apiculteurs des formations gratuites, des cartes électroniques pour surveiller leurs ruches, des conseils d'experts, un suivi de leur production et la distribution de leur miel, et comme ça tout le monde est gagnant; l'apiculteur tunisien parce que ses ruches sont productives, l'Etat tunisien parce que nous exportons un produit 100% bio et tunisien, et Iris Technologies parce que ça encouragera encore plus d'apiculteurs à nous rejoindre." note-t-il. Un prototype de la carte électronique est prêt et est en train d'être testé à Kairouan, le lancement officiel est prévu pour dans deux mois.

Iris Technologies envisage d'étendre sa marge de manoeuvre à l'agriculture, un secteur qui a besoin de se développer et de s'ouvrir aux nouvelles technologies. Le jeune entrepreneur précise "Les solutions biologiques traditionnelles ne résolvent pas tous les problèmes, la technologie peut être bénéfique dans beaucoup de domaines; la surveillance des serres, du bétail, etc." 

Khaled Bouchoucha inspire par son changement de cap et le succès qu'il a rencontré. Mais ce n'est pas toujours rose comme l'affirme Khaled "En général les gens voient juste ce côté la de l'entrepreneuriat. La réussite, les speechs, l'entreprise qui marche bien, etc. Tout ça n'est que la partie visible de l'iceberg." Il dénonce le manque d'encadrement et le flou juridique qui entour les jeunes entrepreneurs. Il a lui même eu quelques problèmes au début de son parcours, mais il a réussi à dépasser ces obstacles. Son secret ? "Savoir s'entourer; j'ai eu des personnes autour de moi qui m'ont aidé à avancer en me donnant des conseils et en me guidant." Parmi ces personnes il cite Moadh Mhirsi, Alia Mahmoud, Manel Khaled, Aymen Mbarek et bien d'autres. 

Il faut aussi avoir de la volonté pour avancer. Le parcours de Khaled a été spécial; il a quitté son travail d'ingénieur en aéronautique pour se lancer dans cette aventure, il a participé et gagné plusieurs prix et distinctions dont Le Prix de l'Entrepreneur de l'Année, le prix Univeture ou encore le prix QFF (Qatar Friendship Fund). Il conseille ainsi les jeunes entrepreneurs "L'idée compte mais ce qui intéresse les investisseurs c'est la façon dont on la présente, il faut montrer la valeur ajoutée du projet parce qu'ils (les investisseurs ndlr) vont investir dans la personne et non dans l'idée. Les investisseurs adhèrent à une cause et non à un produit. Ils cherchent un chef d'orchestre qui maitrise différents domaines (marketing, management, RH, etc.) Il faut savoir vendre son idée. Il est nécessaire d'être mature, patient, avoir confiance en soi et avoir une longueur d'avance."

Dans la même catégorie